Guide : Préparer son voyage au Japon

banner

Si vous nous suivez depuis un moment, vous avez pu lire pas mal d’articles consacrés au Japon, que cela soit pour tenter de décrypter la culture aussi bien que des visites de villes japonaises.  Certains d’entre vous ont peut-être eu la chance de voyager au Japon, tandis que d’autres ne rêvent que d’y partir (et on les comprend) ! C’est dans cette optique que nous avons décidé de faire un article qui se focalise sur la préparation du voyage en tant que tel, principalement adressé aux personnes souhaitant se rendre au Japon pour la première fois. Nous allons ainsi tenter, dans la mesure du possible, de distiller des informations jugées essentielles et de répondre proactivement aux éventuelles interrogations que vous pourriez avoir face à un tel voyage.


Sommaire :

Se décider de partir et prendre son envol !

Alors, vous vous sentez prêt à sauter le grand pas ? Cette question peut paraître idiote, mais c’est la première qu’il faut se poser. En effet, partir au Japon n’est pas comme partir faire un saut dans la ville d’à côté. Le choc culturel est énorme, procurant un dépaysement total. Il faut donc pouvoir accepter cela afin de pouvoir s’adapter au pays, et non l’inverse, pour éviter toute surprise. Manger avec des baguettes, attendre à gauche dans les escalators, supporter l’odeur de cigarette dans les bars, retirer vos chaussures quand vous entrez dans une maison…bref, tant de choses qui paraissent insignifiantes mais dont il faut prêter attention. Si cela ne vous pose pas de problème, alors c’est parfait !

Le voyage en vaut la chandelle. 🙂

Quand voyager ?

Maintenant que vous vous êtes décidé, la seconde question à se poser est la saison pendant laquelle vous souhaitez voyager. Il n’y a pas vraiment de mauvais choix, chacune des saisons étant sensiblement différente (contrairement à la Belgique où l’hiver semble durer 6 mois, sigh) et possède son charme. Notons tout de même que certaines périodes sont moins propices au tourisme, comme nous allons le voir ci-dessous.

Printemps

Un cerf (Nara) faisant également son hanami.

Un daim à Nara faisant également son hanami.

L’hiver étant terminé et les températures remontant progressivement, le printemps au Japon est une saison très prisée par les touristes… et par les Japonais.

C’est en effet la saison pendant laquelle a lieu la floraison des cerisiers, qui est à elle seule tout un symbole dans le pays. La population a pour en effet habitude de pique-niquer en dessous de ces magnifiques arbres en fleurs et s’adonner au hanami (composé des kanji: hana – la fleur, miru – voir, observer), la contemplation des cerisiers. La date de la pleine floraison est néanmoins impossible à déterminer avec certitude et la seule possibilité est de se fier à des prévisions (qui sont ce qu’elles sont) et croire en sa bonne étoile. À titre indicatif, la saison des cerisiers se déroule en mars-avril, mais là encore cela dépend de la région qui vous intéresse. Il vaut donc mieux vous y prendre à l’avance si vous souhaitez vous rendre Japon pendant cette période, les logements étant rapidement réservés, en particulier dans certaines villes très touristiques comme Kyoto.

Les cerisiers étant dénudés de leurs pétales dans la plupart du pays vers la fin du mois d’avril, un autre évènement majeur de l’année entre en jeu : la Golden Week. Cette semaine « spéciale » regroupe en fait plusieurs jours fériés consécutifs, ce qui incite les Japonais à partir en voyage dans tout le pays. Les logements sont  par conséquent plus difficiles à trouver, les prix grimpent en flèche, les lieux touristiques sont bondés… bref, une période de voyage à éviter si vous en avez l’occasion. Ces jours fériés ont lieu chaque année le 29 avril et le 3-4-5 mai.

Été

Sans surprise, cette saison marque une augmentation considérable des températures et de l’humidité au sein de l’archipel.

L’été s’accompagne de ce que l’on appelle « la saison des pluies », un intervalle de temps pendant lequel il y a de fortes chances qu’il pleuve dans la plupart du pays. De surcroît, l’humidité se fait encore plus ressentir. La saison des pluies se déroule généralement début juin jusqu’à la mi-juillet, période qui n’est donc pas très recommandable pour faire du tourisme, en particulier si c’est votre premier voyage au Japon.  La fin de l’été se marque également par une « saison de tempête », avec des typhons provenant du sud-est du Japon. Il vaut donc mieux éviter les îles du sud telles que Okinawa ou Kyushu durant cette période, qui généralement a lieu de fin août à mi-septembre.

Néanmoins, l’été est loin d’être une saison à éviter. En effet, c’est à cette période qu’une multitude de matsuri sont organisées. Ces dernières sont des fêtes, généralement locales à un quartier, constituées de différentes échoppes qui proposent de la nourriture ou des jeux pour les enfants. Une ambiance unique qu’il est impossible de retrouver ailleurs. De plus, l’été est aussi synonyme de feux d’artifice, organisés un peu partout dans le pays. Et puis, quel plaisir de pouvoir entendre les cigales pendant la journée (ceux qui regardent des anime se déroulant en été comprendront) !

Enfin, signalons que tout comme la Golden Week au printemps, il existe une semaine à éviter durant l’été : Obon. Cette festivité qui a lieu aux alentours du 15 août consiste à accueillir les morts, qui descendent sur Terre le temps de quelques jours. Beaucoup d’employés sont en congés durant cette période, afin de rendre visite à leur famille pour recevoir ensemble leurs ancêtres. Cette semaine est donc marquée par un déplacement massif des Japonais rentrant chez ses parents, accompagnée à nouveau, par une difficulté à trouver logement et moyen de déplacement. Toutefois, contrairement à la Golden Week qui est une semaine de congé purement « marketing » (inciter les gens à voyager), la période de Obon se place dans un contexte culturel. Vous pourrez ainsi découvrir le bon-odori dans certains villages, où les habitants se rassemblent pour danser ensemble en l’honneur des morts, les mukae-bi , okuri-bi  consistant à faire un feu (= « hi » aussi prononcé « bi ») afin d’accueillir (= mukaeru ) ou faire ses adieux (= okuru) aux défunts. Ces feux peuvent être sous plusieurs formes, que cela soit des lanternes que l’on dépose sur les fleuves (tourou-nagashi) pour les plus petits, ou des immenses lettres en feu dans les montagnes de Kyoto (Gozan) pour les plus impressionnants. Ainsi « éviter » n’est peut-être pas le bon terme pour qualifier Obon, préparez-vous cependant suffisamment à l’avance pour ne pas avoir de mauvaises surprises !

Automne

L’excitation estivale retombant petit à petit, l’été laisse place à l’automne et ses feuilles écarlates.

Ainsi, les températures restent très agréables (quel plaisir de sortir en t-shirt pendant un mois d’octobre !) et sont parfaites pour visiter. L’attrait principal de cette saison est bien entendu le changement de couleur des feuilles, qui virent en un rouge étincelant. Pour observer cela, il vaut mieux se rendre au Japon pendant le mois de novembre. Notez également que vous pouvez vous rendre dans la région de Hokkaido, dans le nord, si vous souhaitez observer les couleurs automnales dès le mois d’octobre. Peu de chance donc d’être déçu par cette saison, qui est une valeur sûre pour voyager. Dans un autre registre, vous pouvez assister à la fête de Halloween si vous êtes justement au Japon à ce moment-là. Ainsi, de nombreuses personnes prennent la peine de se déguiser, avec un costume loufoque ou totalement incroyable, et sortir dans la rue pour faire la fête, en particulier dans le quartier de Shibuya.

Hiver

L’hiver est certainement la saison la moins prisée par les touristes, pour son climat froid avoisinant les 0 à 5 degrés. Néanmoins ce n’est pas pour autant que le Japon hivernal n’est pas attrayant !

Il y a premièrement les fêtes de fin d’année. Vous serez surpris de découvrir les chocs culturels concernant ces fêtes, bien que certaines d’entre elles soient d’origine occidentale. Ainsi, Noël n’est pas une fête familiale mais entre amoureux, et ce sont des multitudes d’illuminations que vous retrouvez dans de grandes villes telles que Tokyo ou Osaka. À l’opposé, le Nouvel An est l’occasion pour les familles de se rassembler, et même si vous n’avez pas de famille au Japon, ce n’est pas grave. Vous pourrez tout de même vivre le shogatsu (= fête du Nouvel An japonais),  en allant prier au temple le soir du réveillon par exemple ou encore en partant observer le premier lever de soleil de l’année au sommet des montagnes. Quant aux soldes d’hiver, ce sera bien sûr l’occasion de profiter des bonnes affaires (Tokyo est le paradis du shopping), mais aussi de tenter les  fukubukuro  (« lucky bag » en anglais), ces sacs surprises vendus exclusivement durant ces soldes. Précisons que tout comme le Obon, le shogatsu est une période de  kisei rush  (kisei désignant l’action de rentrer chez ses parents), ce qui signifie un afflux massif de voyageurs japonais.

N’oublions pas de mentionner l’existence du « Sapporo Yuki Matsuri ». Comme son nom l’indique, cette festivité de quelques jours se déroule dans la ville de Sapporo à Hokkaido, début février. Hokkaido est l’île située le plus au nord du Japon, marquée par un climat froid de par sa position géographique. Ainsi, ce sont plutôt des températures avoisinant les -10 à -5 degrés que nous retrouvons sur cette préfecture durant l’hiver, avec une retombée régulière de neige. C’est dans ce contexte qu’est né le Yuki Matsuri (yuki = neige), où des sculpteurs de glace de tout le pays se rassemblent afin de concevoir et exposer leurs œuvres. Aujourd’hui, la fête est surtout reconnue pour ces monuments de neige gigantesques, dont la mise en place, nécessitant bulldozers et grues, est orchestrée par diverses associations ou encore par la Défense japonaise.

Planifier son voyage

Maintenant que vous avez une meilleure idée de la période saisonnière qui vous intéresse, nous allons essayer de survoler les principales villes afin de dresser un exemple typique d’itinéraire. Néanmoins, nous insistons sur le fait que ce qui suit ne sont que des suggestions « classiques » pour un premier voyage, certaines personnes préférant les grandes villes et d’autres recherchant les grandes étendues sauvages. De plus, la durée de votre voyage influence grandement la priorité de vos visites. Nous ne reprendrons ici qu’une liste non exhaustive des villes que nous avons pu visiter. N’hésitez pas à consulter nos articles « Et si on visitait… » en cliquant sur le nom des villes (si c’est disponible) !

Tokyo

Vous vous en doutiez, il est difficile de passer à côté de Tokyo, capitale du Japon. Cette mégapole ne cesse en effet d’étonner. Ses innombrables quartiers renferment tous une ambiance différente et il y en a pour tous les goûts. Les fanatiques de manga et anime auront des étoiles plein les yeux à Akihabara ou à Nakano Broadway, les rois et reines du shopping passeront leur journée dans les magasins à Ginza, les plus calmes se baladeront dans le parc Yoyogi tandis que les personnes à la recherche d’animation se donneront rendez-vous près du chien Hachiko à Shibuya. Autant vous dire qu’il vous fera réserver plusieurs journées dans votre calendrier avant de faire un survol très rapide de la capitale. De plus, il vous est possible de faire plusieurs voyages d’une journée à partir de Tokyo, pour aller par exemple à Kamakura, Hakone ou encore Nikko.
En toute logique, Tokyo est un passage indispensable. De toute manière, il y a de fortes chances que votre avion atterrisse à l’aéroport de Haneda ou de Narita, toutes deux à proximité de Tokyo. Par ailleurs, si vous avez le choix, nous vous conseillons d’atterrir plutôt à Haneda, beaucoup plus proche du centre de Tokyo.

Kyoto

Située dans la région du Kansai, la partie centrale de l’archipel, la ville de Kyoto est également un passage obligé lors de votre voyage. Ancienne capitale impériale, Kyoto recèle de nombreux lieux historiques incroyables à visiter. C’est d’ailleurs ce qui rend cette ville fascinante : son mélange entre modernité et tradition. Kyoto est également un endroit très prisé par les touristes pour observer la floraison des cerisiers ou la couleur des feuilles en automne. Plusieurs jours sont nécessaires pour visiter les lieux touristiques majeurs et il est fort probable que vous souhaiterez y retourner par la suite.

Osaka

Ancienne ville portuaire, Osaka est également une ville majeure du Japon. Elle est, entre autres, renommée pour sa gastronomie, avec des échoppes présentes partout, et ce en abondance. Nous ne saurions que trop vous conseiller de goûter aux okonomiyaki et aux takoyaki, spécialités locales et véritable régal pour les papilles. Si, comme nous, vous pensiez à première vue qu’Osaka ne serait qu’une ville comme une autre : détrompez-vous ! L’ambiance, plus « excentrique », est différente de ce que vous pouvez observer dans la capitale. De plus, la ville d’Osaka est située entre Kyoto et Nara, ce qui en fait une base idéale pour visiter la région du Kansai.

Nara

Également ancienne capitale du Japon (décidément !), la ville de Nara est surtout connue pour… ses cerfs qui gambadent en toute liberté ! Ces animaux sont en effet liés à une mythologie qui place les cerfs comme divinités et protecteurs de la ville. Autant dire que vous aurez votre dose de « mignonitude » sur la journée. Vous retrouverez principalement ces cerfs dans l’énorme parc de Nara, au centre de la ville, qui possède également plusieurs temples qui valent le détour, dont l’immense Tōdai-ji. Selon nous, une journée est suffisante pour visiter la ville et le parc. Mais nous ne pouvons nous empêcher d’y retourner dès que l’occasion se présente.

Kanazawa

Souvent mise de côté lors de la planification d’un itinéraire, Kanazawa n’en reste pas moins une destination de choix. Épargnée par les bombardements issus de la Seconde Guerre mondiale, Kanazawa est une ville charmante facilement accessible depuis Tokyo en train (2h30 de trajet environ). La ville de Kanazawa est notamment connue pour ses feuilles dorées et son magnifique jardin Kenrokuen. Ce dernier fait en effet partie des trois plus beaux jardins du pays.

Kyushu

Si vous comptez voyager au Japon pendant trois semaines ou plus, vous seriez peut-être intéressé de vous rendre dans la région du sud de l’archipel, à Kyushu. Cette île, située à environ une heure en avion de Tokyo est entre autres réputée pour sa nature et sa gastronomie, mais également pour ses villes qui se démarquent d’un point de vue touristique. Vous pourrez ainsi découvrir Fukuoka, troisième ville universitaire au Japon, jeune et dynamique. La préfecture de Fukuoka regorge également de plages paradisiaques telles que la presqu’île d’Itoshima, ou des cités onsen cachés dans les montagnes. Quant à la tristement célèbre ville de Nagasaki, vous découvrirez avec surprise l’une des villes les plus atypiques du Japon. En effet, Nagasaki étant la première cité japonaise à avoir ouvert ses portes aux Occidentaux, l’on retrouve des ruelles et bâtiments résultant d’un mariage Portugal-Japon, étonnamment attrayant. Enfin, la préfecture de Kumamoto vous invitera à découvrir son volcan actif Aso, avec sa caldeira la plus vaste au monde regorgeant des villages entiers, tandis que la ville de Beppu est connue pour ses onsens, avec le fameux « tour des enfers ».

Se déplacer au Japon

Autre point important lors de la planification d’un voyage : les déplacements.

Le train

Autant le dire tout de suite, préparez-vous à prendre très souvent le train ! Le réseau ferroviaire est en effet extrêmement bien développé, que cela soit entre les villes ou au sein de celles-ci. Ceux-ci sont reconnus pour leur ponctualité, fiabilité et service. Le shinkansen, train à grande vitesse japonais, ne déroge pas à la règle et fait figure de modèle.

Notez également que, lors de vos déplacements « internes » en train, vous paierez un montant qui varie en fonction de la distance : plus vous allez loin, plus vous payez cher. Vous devrez donc calculer au préalable cette somme en achetant votre ticket au distributeur. Mais ce n’est pas tout ! Comme il existe plusieurs compagnies de train qui peuvent opérer dans une même ville, il est fort possible que vous deviez acheter plusieurs tickets différents (un pour chaque compagnie). La méthode la plus simple reste néanmoins de se procurer, en échange d’une garantie de 500 yens (environ 3€), une carte rechargeable PASMO ou Suica. Ainsi, il n’est plus nécessaire de calculer quoi que ce soit (cela se fait automatiquement lors de votre passage) ou d’acheter différents tickets, ce qui est infiniment plus simple. Et puis, vous pourrez payer vos boissons dans les distributeurs automatiques avec cette carte, ce qui est un avantage non négligeable. 😉

Passage d'un shinkansen près du mont Fuji. ©KYODO

Passage d’un shinkansen près du mont Fuji. ©KYODO

Qu’en est-il du shinkansen ? Il vous suffit tout simplement de vous rendre dans le bureau de la gare et réserver votre ticket. Cela nous amène à vous parler d’un autre point important susceptible de vous faire économiser de l’argent : le JR Pass.
Valable 7,14 ou 21 jours consécutifs, ce billet vous permet de prendre les trains (shinkansen inclus) de la compagnie JR (point important à ne pas négliger) sans débourser un centime pendant la période de validité. Par exemple, un JR pass national de 7 jours coûte actuellement 29.110 yens tandis qu’un aller-retour Tokyo-Kyoto en shinkansen avoisine les 28.000 yens. Votre pass est quasiment rentabilisé rien qu’avec ce simple aller-retour ! Vérifiez bien les conditions d’éligibilité et d’utilisation sur le site de la compagnie JR, ce pass devant être obligatoirement acheté en dehors du Japon et n’est pas valable pour certains shinkansen (Nozomi, Mizuho). Pour être plus précis, le « pass » que vous achetez en dehors du Japon est en réalité un bon que vous devrez échanger contre le vrai pass une fois arrivé sur place (où vous préciserez la période de validité, etc). Pour plus d’informations quant à la procédure, vous pouvez vous rendre sur le site de la compagnie JR.

Pour les voyageurs plus courageux, il existe également leseishun 18 kippu, un ticket de cinq voyages vendu exclusivement par la compagnie de train JR durant les vacances scolaires. Un voyage revient à 2.500 yens et vous permet de prendre tous les trains non-Express le temps d’une journée. Ainsi, si vous aimez voir les paysages défiler, ce ticket peut être très intéressant, d’autant plus que ces cinq voyages peuvent être utilisés aussi bien par une seule personne sur cinq jours non consécutifs, qu’en une seule journée par cinq personnes différentes. Pour vous illustrer un exemple, il est tout à fait possible de voyager de Tokyo à Kyoto avec un seul voyage, moyennant pas mal de coordinations (10h de trajets, 8 changements). Nous avons même déjà réussi à voyager de Tokyo à Nagasaki avec un seul voyage (2.500 yens pour plus de 1200km… 24h de trains). Aventuriers, vous voilà défiés !

Nous vous conseillons par ailleurs d’utiliser le très pratique site Hyperdia pour la planification de vos trajets. Le service Google Maps est également utile, en particulier pour trouver les lignes de train ou de bus à prendre dans la ville où vous vous situez.

Le bus

En ce qui concerne le bus, que vous aurez certainement moins de chance d’emprunter dans les grandes villes, il n’y a rien de spécial à signaler si ce n’est que vous paierez, généralement, en fonction de la distance parcourue. Les cartes PASMO et Suica restent utilisables pour vous simplifier la vie. Pour les plus petites bourses, il vous est possible de prendre un bus de nuit, au lieu du shinkansen. Pour notre part, nous avons déjà voyagé avec Willer Express sur une distance telle que Tokyo-Kyoto. C’est moins cher, relativement confortable, mais bien évidemment plus fatigant et plus long qu’une virée de deux heures en shinkansen.

La voiture

Enfin, sachez qu’il vous est possible de conduire au Japon avec votre permis européen, à condition de passer par la JAF (Japanese Automobile Federation) pour obtenir une traduction certifiée de votre permis. Les locations de voiture sont très développées au Japon et il ne vous sera pas difficile de trouver un véhicule une fois le certificat en main.

Logements

Comme dans tout voyage, il vous faudra également trouver un logement lors de votre passage. À cet effet, plusieurs possibilités s’offrent à vous.

L’hôtel

La première possibilité, la plus classique, est bien entendu de réserver un hôtel. Il n’y a rien de vraiment spécial à signaler, cela se déroule comme dans n’importe quel autre pays. Pour plus de facilité et de flexibilité, nous passons généralement par le site Booking afin de bénéficier de l’annulation gratuite, en cas d’imprévu. Le choix est assez large, mais n’oubliez pas de vous y prendre en avance, comme nous le disons plus haut, si vous comptez voyager pendant une période chargée d’un point de vue touristique.
Toujours dans l’hôtellerie, il existe dans la plupart des grandes villes des guest houses (ou auberges de jeunesse) vous proposant de loger dans une pièce commune avec d’autres voyageurs à coût réduit. Ces endroits sont souvent de bons lieux de rencontres, avec des backpackers se rassemblant du monde entier et des hôtes jeunes et dynamiques maitrisant l’anglais.
Enfin, si vous êtes à la recherche d’une expérience typique japonaise, vous trouvez certainement votre bonheur dans les ryokan, ces hôtels de luxes incarnant la tradition japonaise. Ou si vous préférez la modernité tokyoïte, les capsule hôtels répondront certainement à vos attentes, en vous offrant la possibilité de loger dans une capsule !

AirBnb

Vous pouvez également opter pour quelque chose de moins conventionnel, à savoir séjourner dans un logement présent sur le site AirBnb. Ce logement peut être une chambre privée ou partagée (seul ou avec l’habitant), ou bien un appartement/maison entier (sans l’habitant). Cette expérience alternative est donc très différente de l’hôtel, avec un prix qui peut s’avérer plus attractif que celui-ci selon la situation et la période choisie.
Bien que cette plate-forme connaisse un succès retentissant sur l’archipel, il faut prendre en compte le fait que la légalité de ce procédé est encore un peu floue actuellement, certaines préfectures n’autorisant que depuis cette année ce type de logement sous certaines conditions. De plus, dans le pire des cas, un hôte peut annuler votre réservation à la dernière minute, ce pourquoi nous vous conseillons de réserver sur le côté un hôtel sur Booking que vous pouvez annuler quelques jours avant de vous rendre dans votre AirBnb. La plateforme AirBnb tente tout de même de limiter le plus possible ces cas (cela donne une mauvaise image après tout) en pénalisant les hôtes qui annulent des réservations: une pénalité financière leur est infligée, un commentaire automatique mentionnant l’annulation est posté sur la page de la résidence et ces hôtes risquent de perdre les privilèges qu’ils ont acquis (le statut de superhost par exemple) au fil du temps.
Néanmoins, le tableau n’est pas si noir ! Nous avons testé la plateforme AirBnb à plusieurs reprises, avec et sans hôtes. Si vous voyagez seul, l’expérience avec un hôte est bien entendu plus enrichissante, surtout si vous parlez japonais (ou que vous ayez au moins une langue commune). Tout s’est toujours très bien déroulé sans accrocs. L’important est de choisir un logement avec un hôte qui possède de très bonnes critiques, en nombre, et de communiquer suffisamment avec celui-ci au préalable pour éviter les mauvaises surprises. Pour cela, nous vous conseillons de sélectionner les hôtes qui possèdent le statut de superhost pour réduire le risque de mauvaises surprises.

Aspect pratique

Nous allons aborder à présent l’aspect pratico-pratique en vous donnant quelques informations qui pourraient vous être utiles, une fois arrivé sur place.

Document pour l’immigration

Nous vous conseillons d’avoir à portée de main, lors de votre voyage en avion, l’adresse d’un de vos logements. Il vous faudra en effet remplir un document pour l’immigration (où vous séjournerez, le montant que vous avez sur vous, etc.) et le remettre lors de votre arrivée sur place pour l’obtention du visa touristique. Remplir ce document tranquillement dans l’avion vous évitera ainsi un stress supplémentaire à l’aéroport.

La « barrière » de la langue

Ne soyez pas trop effrayé par la barrière de la langue. Cette barrière est d’autant plus forte que vous aurez peu de chance de vous retrancher derrière l’anglais pour vous faire comprendre, les Japonais étant toujours un peu à la traîne concernant l’utilisation de la langue de Shakespeare. Pas de panique cependant, l’amabilité et la serviabilité sont les maîtres mots au Japon : quelqu’un sera toujours enclin à vous aider en cas de question. Pour plus de facilité, nous vous conseillons d’avoir près de vous quelques phrases toutes faites en japonais, pour les questions les plus basiques. Vous pouvez également vous reposer sur l’aide des traducteurs en ligne, mais pour cela vous aurez peut-être besoin… d’Internet.

Internet

Il est déjà difficile de se passer d’Internet dans la ville où nous vivons et c’est d’autant plus vrai lorsque nous nous retrouvons en voyage dans un pays inconnu. Que cela soit pour trouver son chemin, un bon restaurant ou rester en contact avec ses proches, il est devenu vital d’avoir une connexion Internet à portée de main.

Une première solution est de vous connecter aux bornes WiFi gratuites destinées aux touristes de passage. Celles-ci sont notamment accessibles dans des endroits clés comme les gares importantes et les aéroports. Néanmoins, si, comme nous, vous ne voulez pas dépendre d’une borne WiFi et désespérément vérifier si vous avez une connexion ou non, acheter une carte data SIM ou louer un pocket WiFi serait une meilleure alternative. Vous pouvez en effet commander, sur un site Web, une carte SIM 3G ou 4G qui ne peut être utilisée que pour vous connecter à Internet (ni SMS, ni appel). Une fois votre commande traitée, celle-ci vous attendra à l’adresse que vous aurez mentionnée (maison, aéroport, hôtel, etc.). Il ne vous reste alors plus qu’à configurer quelques paramètres et le tour est joué ! Vérifiez bien la compatibilité de votre appareil au préalable et si la carte SIM permet la VoIP (dans le cas où vous souhaitez faire des appels Skype ou autres). La deuxième option est le pocket WiFi, un tout petit appareil portable qui fait office de routeur et vous donne accès à Internet via une connexion WiFi, comme chez vous à la maison. Plutôt pratique dans le cas où plusieurs personnes de votre entourage souhaitent s’y connecter facilement. Pour notre part, nous avons utilisé à trois reprises le site eConnect Japan, où nous avons essayé la carte SIM 4G et le pocket WiFi 4G. Tout a fonctionné comme prévu et les paquets sont toujours arrivés à temps et aux bons endroits. La vitesse de connexion était toujours très bonne, aucun souci pour faire un Skype par exemple. Bref, nous sommes très satisfaits par ce service, facile et pratique.

Argent

La monnaie nationale est le yen. Cela peut paraître étonnant à première vue, mais peu de magasins et restaurant acceptent le paiement par carte. Vous devrez donc la plupart du temps payer en espèces (et souvent avec des pièces). En ce qui concerne les retraits d’argent via votre carte de crédit, vous pouvez utiliser un ATM (qui accepte les retraits internationaux) disponible dans les conbinis 7-eleven, ou bien entendu utiliser le distributeur d’une banque japonaise.

Dans un autre registre, sachez également qu’il ne faut pas donner de pourboire lorsque vous payez une addition dans un bar/restaurant. Même si cela part d’une bonne intention, cela risque de vexer le serveur.

Conclusion

Nous voici arrivés au bout de notre modeste guide. Nous avons tenté de synthétiser les informations essentielles pour un premier voyage au pays du Soleil-Levant. N’hésitez pas à nous faire part de vos questions dans les commentaires, afin que nous puissions vous répondre et mettre à jour cet article si nécessaire. Même chose si vous êtes déjà allé au Japon et que vous pensez que nous avons oublié de traiter d’autres points.

Commentaires

  1. tsubasa801 Répondre

    Merci pour cet article complet,
    Pour en revenir sur Airbnb j’en ai fais l’expérience y a un mois, comme t’as dit c’est bien une alternative. En plus du risque que l’hôte annule à la dernière minute, les photos des appartement surtout à Tokyo peuvent être trompeuses. Donc à bien analyser avant de décider et de regarder les notes attribuées 🙂

  2. chizuru_chan014 Répondre

    Merci beaucoup pour cette article mon rêve est de pouvoir me rendre au Japon . Toutes
    ces infos pourront mettre utile pour l’organisation du voyage
    merci infiniment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.