Le Geek et l’Otaku

Prenons une personne au hasard dans la rue. Demandons-lui si elle sait ce que c’est qu’un geek, pas mal de personnes sauront fournir une réponse, approximative ou précise. Faisons de même pour cette fois-ci le terme « otaku », le réultat sera totalement différent, il y aura peu de personnes qui sauront la définition correcte. Si l’on répétait la même expérience au Japon, ce sera le réultat inverse qui se produira, sans trop d’étonnement. Mais la vision du otaku qui existe chez eux est différente de chez nous. Il en est de même pour le terme « geek ». Je vous propose de découvrir ensemble l’histoire des otakus, tout en cherchant les différences et les similitudes avec les geeks.

Définition :

Otaku :

Wikipédia.fr : personne qui consacre une certaine partie de son temps à une activité d’intérieur comme les mangas, animes, les idôles japonaises, ou encore les jeux vidéo.

Wikipédia.jp : désigne un adorateur des « subcultures ». Ces personnes agissent et possédent une culture propre. De manière générale, désigne une personne passionée par un intérêt quelconque.

Geek :

Wikipédia.fr : passionné d’électronique, d’informatique, d’univers fantastiques (comics, science-fiction, heroic fantasy, etc.).

Wikipédia.jp : bien que l’on utilise au Japon le terme geek comme synonyme de otaku, un geek est plus précisément un « otaku de la technologie ».

Otaku = Geek ?

Le cliché en une image

A l’origine, geek est un mot dérivé de « gek » (= fou), que les anglophones utilisaient afin de désigner de manière péjorative les personnes dites « trop intelectuelles », pas comme les autres. Il porte un tout autre sens aujourd’hui en France (et en Belgique) beaucoup de personnes adeptes de la technologie s’autoproclament geek, le terme ayant de moins en moins cette connotation péjorative. On pourrait dire que c’est maintenant le néologisme « nerd » qui occupe l’ancienne place péjorative du « geek ».

Il est intéressant de remarquer que l’appelation japonaise a connu exactement le même parcours. « Otaku » signifiant littéralement « chez vous » ou « dans votre domicile » en japonais, le sens actuel serait apparu suite aux utilisations régulières des amateurs de manga/anime de ce terme pour désigner leur interlocuteur lors d’une conversation (à la place du « tu »). Au fil du temps le terme se serait propagé, et « otaku » finit par désigner toutes personnes qui parlaient de cette manière-là, ou plus globalement les amateurs des mangas/animes.

Quant au côté péjoratif du mot, cela viendrait d’une part du fait que ces personnes utilisaient eux-même le terme de manière sarchastique, comme « Moi j’ai pas de copine parce que je suis un otaku ». D’autre part, cela vient bien sûr du regard extérieur des gens « normaux », qui considérait cette communauté comme « bizarre » à les voir parler et s’acharner sur la japanimation de cette manière. Ils associaient alors les otakus à des associaux, puis finalement les associaux à des otakus. Ainsi, « otaku » avait pris un tout autre sens, désignant « toute personne inadaptée à la société, se renfermant sur ses passions ».

C’est vers les années 90 que le sens péjoratif commence à s’alléger, en grande partie grâce au succès des animations comme Evangelion. Enfin, dans les années 2000, une série télévisée « Densha-Otoko », narrant l’histoire d’amour d’un Otaku fait ravage chez le public, ce qui a adoucit le regard que portaient les gens sur les otakus.
Pourtant, la connotation péjorative des otakus existe toujours. Rares sont les japonais qui crient haut et fort être un otaku. On est là dans un cas différent de « geek » où les francophones n’hésitent parfois pas à se l’affirmer, même si ils ne font que posséder un iPhone par exemple.

Otaku ou Otaku ?

Êtes-vous un otaku ? Testez en une image !

Comme vu précédement, le terme « otaku » a connu des évolutions fulgurantes. En ce jour, Otaku ne regroupe plus seulement les fans des mangas et animes mais désigne également les amateurs de trains, des idoles japonaises, de la guerre… bref des intérêts de tout genre. C’est pour cette raison que depuis peu, il existe deux orthographes pour écrire « otaku ». L’un en hiragana (l’alphabet basique), assignant la définition générale citée plus haut, et l’autre en katakana (le second alphabet, utilisé principalement pour les mots d’origine étrangère), indiquant seulement les fans des mangas et de la japanimation, en clair ce qui touche au « Nijigen » (signifiant « la deuxième dimension », dans les plans, dessins etc.).

On voit donc bien la différence avec le sens francophone de Otaku, qui n’a que la définition en katakana, et où le côté péjoratif est beaucoup moindre que la version japonaise. Personnellement, je me considére être un otaku en Europe, mais pas au Japon.
Quant à l’utilisation que font les japonais pour « geek », ils l’utilisent comme un adjectif ayant le même sens que otaku en katakana. J’ai par exemple reçu récemment un mail d’un ami japonais qui me disait que je passais des « séjours geek », lorsque je lui avais dit que j’enchaînais des épisodes de Paranoia Agent ! De même, « geek » préserve un certain côté intellectuel grâce à son origine, et est donc considéré comme moins offensant que « otaku ».

Pour finir…

  • Vous avez réussi l’image du test Otaku ? D’autres images sont disponibles par ici.
  • Si vous voulez en savoir plus sur les otakus japonais, je vous conseille vivement de lire le manga Genshiken !
  • Une petite vidéo pour accompagner l’introduction de l’article…

Commentaires

  1. Max Répondre

    merci pour ses explications, car j’étais « pilot guid » pour un nippon et l’usage donna un bel imbroglio….
    il lui a fallu découvrir que je ne suis pas « mono maniaque », pour comprendre que le sens n’était pas le même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.