Séisme au Japon : Deuxième Partie

Dans la précédente partie de l’article, j’ai terminé mon billet en racontant l’influence de Twitter durant cette catastrophe. J’aimerais faire part ici d’un autre phénomène de soutien, qui a vu le jour récemment. Les dons via le marché des applications pour téléphones, tels que sur iPhone ou Androïd. En effet, beaucoup de développeurs, principalement japonais, ont proposé leurs applications à un prix réduit durant une durée limitée, et ont promis de verser la totalité des bénéfices aux organisations caritatives. Un système qui a très bien marché car d’une part les développeurs s’offraient une bonne publicité et d’autre part, les acheteurs étaient satisfaits de la bonne affaire mais aussi de la générosité dont ils ont fait preuve. Ces app stores sont d’autant plus l’endroit idéal étant donné que beaucoup de ces « geek » et gamers possesseurs de smartphone, sont des passionnés du Japon, reconnu pour sa technologie. Un autre exemple très similaire est le PSN (Playstation Network, de Sony), qui a récolté un peu moins d’un million d’euros à travers le monde.

Qu’en est-il d’ailleurs des organisations caritatives ? La Croix Rouge belge annonce avoir recueilli 715.000 euros en deux mois. Or, cette même association a récolté une somme de 6,44 millions d’euros en un an pour les victimes du séisme d’Haïti, soit presque 10 fois plus que pour nos amis japonais. Les Belges, des racistes ? Il faut comparer ce qui est comparable. Haïti est un des pays les plus pauvres du monde tandis que le Japon est la troisième puissance économique mondiale. Le bilan humain est aussi totalement différent. De plus le Japon, grâce à son positionnement économique, pouvait espérer une aide sérieuse de la part des autres pays du monde, redoutant une chute financière. Et c’est certainement ce qu’ont dû se dire ces personnes qui ont hésité à faire un don pour l’archipel nippone.

Application d’alerte sismique (gauche) ou application à but caritative (droite) (cliquez pour agrandir)

Et si on analysait ce désastre sous un autre regard ? Un point de vue qu’on pourrait qualifier de tabou : qu’apporte ce séisme de positif ? Car les japonais ont toujours su se relever des cataclysmes les plus ravageurs, et montrer une capacité à se redresser hors du commun. Après les bombes atomiques, ils ont remis en question l’existence de leur système impérial qui postulait que l’empereur était un descendant divin et privilégié l’industrialisation. Le séisme de Kôbe, lui, leur a permis de mettre au point un système de sécurité solide. Et aussi, on peut espérer que cette catastrophe apportera certainement son lot de contributions.

Les Japonais sont de nature communautaire, à agir en groupe. Cette tendance, bien qu’elle ait beaucoup de bonnes facettes, est source d’un des plus gros problèmes au Japon, le « Sekentei ». Ce mot composé de seken (= « l’entourage ») et tei (= venant de karada, signifiant « le corps »), désigne le comportement qui consiste à être extrêmement vigilants vis-à-vis de son entourage, pour être le plus « normal » possible, être « comme les autres » et ne pas se faire remarquer. On comprend donc que le sekentei est à l’origine de l’absence de manifestations des Japonais vis-à-vis du nucléaire, expliqué dans le premier article.

Pour conclure, j’aimerai publier ici la traduction d’un article qui a fait beaucoup de bruit au Japon. Ce billet a été publié sur le blog d’une jeune fille de 14 ans, Fujinami Kokoro, idole japonaise.

La propagation nucléaire continue.

Ces personnes qui travaillent à la centrale afin de refroidir les réacteurs, ou ces agriculteurs qui doivent abandonner leurs légumes qu’ils ont cultivés… En les regardant à la télévision, j’ai vraiment de la peine pour eux. Et aujourd’hui, ils annoncent que la canalisation d’eau est contaminée. Mais jusqu’où va s’empirer cette pollution. Et quand va-t-elle s’arrêter…

A la télé, ils insistent beaucoup sur la « sécurité ». Ne vous laissez pas influencer « par les rumeurs qui courent » et « gardez votre calme ». Il n’y a aucun danger à continuer à manger des légumes contaminés… Il n’y a aucun danger à boire de l’eau contaminée. Que le taux de radioactivité n’est pas si élevé, qu’il n’y aura pas (tout de suite) d’impact sur la santé.

Mais si nous continuons à respirer cet air « peu » pollué, à manger ses légumes « peu » irradiés, cette eau « peu » contaminée… Un peu + un peu + un peu = … ?

Et cette vie va-t-elle continuer une semaine, un mois, un an… Ou trois ans…

D’accord, je ne suis pas douée en calcul mais… Même moi qui ne suis qu’une stupide lycéenne en seconde année, je vois bien que cet accident aura un impact !

Mais la télé continue à nous demander de garder notre calme. Ils nous rassurent tellement que, moi j’ai peur…

Je suis certaine qu’ils vont finir par nous pondre des stupidités du genre « Comme le spa au radon, une faible dose de radioactivité est bien pour votre santé ! » ou « Nous avons eu un dégât minimal face à un tsunami que l’on ne rencontre qu’une fois tous les 1000 ans. Cela prouve bien la qualité des réacteurs japonais ». Et qu’on finira par se vanter de nos réacteurs. Avec des scientifiques qui nous balancent des explications incompréhensibles.

Une catastrophe inimaginable. « Inimaginable », ils disent tous ça. Mais peut-on accepter que des choses « inimaginables » se produisent, lorsqu’on parle du nucléaire ? Ou est-ce moi qui dis des bêtises…

De plus, dans notre monde actuel, toute personne qui dénonce le danger du nucléaire se fait taper sur les doigts. Suis-je la seule à penser qu’il y a quelque chose d’illogique là dedans ? Je reste calme, comme la télé me le demande. Je ne pense pas exagérer sur mes propos.

La télévision dit tellement qu’on est en sécurité, que tout ira bien. Un de ces quatre, on verra apparaître des émissions, des documentaires comme « Réfléchissez à la radioactivité ! Guide de super santé » ou « Combattez la radioactivité ! Réforme radicale pour un corps plus pur ». Non mais réveillez-vous quoi ! Vous n’arriverez pas à y réfléchir ou la combattre. C’est de la R-A-D-I-O-A C-T-I-V-I-T-E qu’on parle !

Aujourd’hui ce que j’en pense… C’est qu’il n’y a rien de rassurant comme la télévision nous le dit. Qu’il y a tout de même un danger.

Peut-être il n’y aura pas de grosse explosion,  il n’y aura pas de centaines de milliers de morts d’ici demain. Mais je pense qu’on sera contaminés tout au long de ces 5 années, 10 années qui vont suivre.

Si on pose le pour et le contre du nucléaire, il y a bien trop de désavantages. Mais au Japon, on a très peu d’échos antinucléaires, encore aujourd’hui. On entend même que le nucléaire est nécessaire. Les japonais sont-ils de nature calme ? Ou sont-ils juste…

Lorsque j’ai écrit dans l’article précédent quelque chose de négatif sur le nucléaire, j’ai eu énormément de plaintes par mails, commentaires et même via des lettres envoyées à l’agence… Mais pourquoi défendez-vous le nucléaire ? Pourquoi êtes-vous si paisibles ? Pourquoi êtes-vous si gentils ? C’est parce que vous n’avez pas eu de dégâts directs que vous dites ça ? Moi comme je suis méfiante de nature, il suffit que je voie un accident pareil pour perdre toute confiance…

Vous me direz alors : mais que proposes-tu alors ? Comment remplacer l’électricité qui ne sera plus fournie par ces centrales ? La réponse est simple.

Il suffit que la société change, en un système qui nécessite moins d’énergie. Bien sûr que c’est possible. Il suffit de limiter l’électricité et nous serons obligés de nous adapter… Même si c’est difficile au départ, l’homme finit toujours par s’adapter. Et si ce changement engendre une crise financière, une baisse de niveau de vie, ce n’est pas grave ! C’est sûrement plus raisonnable que laisser des réacteurs causer des accidents à travers le monde entier.

Près de chez moi, ils ont bâti un hôpital gigantesque il y a quelques années. Comme ils avaient beaucoup de patients, et que leur parking était toujours plein, ils ont construit un nouveau parking. Pour « assurer l’aspect pratique. Que pensez-vous qui s’est passé ? Le problème n’était résolu que seulement pour quelques mois. Et au contraire, comme il y avait plus de places de parking, plus de gens venaient en voiture !! Finalement le fait d’avoir agrandi le parking n’a pas réglé leur problème.

Je pense que l’électricité c’est pareil. Parce que le désir de l’homme est sans fin.

(…)

Je me rends bien compte qu’en tant qu’idole pas très connue, je ne suis pas en droit de dire des choses prétentieuses. Que je ne devrais pas prendre position pour ce genre de problème. Que je devrais peut-être dire quelque chose comme « Love & Peace ! Courage le Japon ! ». Qu’en écrivant ces lignes je perds peut-être des fans. Mais ce n’est pas grave. Je ne veux pas dire les choses à moitié. Qu’on porte plainte contre moi ou qu’on me tape dessus, j’aimerais dire ce que j’ai à dire. Et si ça mène à perdre des fans, tant pis.

(…)

Traduit par Suisha

J’espère que cette traduction a fait office de fenêtre, pour mieux voir ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique, et en particulier sur le positionnement des médias. Car oui, ce qui est écrit dedans est véridique, et la télévision japonaise est vraiment capable de nous sortir des imbécilités. Comme je l’ai dit précédemment, cet article a causé beaucoup de débats au Japon, et il a été repris par beaucoup de sites, spécialistes, écrivains etc. Kokoro a alors gagné le titre de « Jeanne d’arc anti-nucléaire ». En effet, c’est l’écart entre cette image de militante, et celle de « jeune idole cul-cul de 14 ans », qui a plu aux japonais. Les personnes qui la soutiennent disaient alors qu’elle étalait des arguments plus convaincants que les spécialistes du nucléaire. Personnellement, je trouve cela plutôt triste qu’un article pareil (encore qu’il dise les choses clairement) fasse autant de bruit. Puisque cela signifie soit qu’il n’y a aucun autre japonais capable de (ou qui ose) prononcer des choses pareilles ou soit qu’on évoque ce texte uniquement pour son aspect anecdotique, s’intéressant seulement à son contexte et non à son contenu. En ce qui concerne le fond en lui-même, c’est une autre histoire, débattre sur le nucléaire n’étant pas le but de cet article.

Sources :

[spoiler show="Afficher" hide="Cacher"]

http://www.croix-rouge.be/Page.aspx?pagref=EVENT&artID=551

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/766844/haiti-la-croix-rouge-de-belgique-a-recolte-6-44-millions-d-euros

http://www.play3-live.com/news-ps3-le-psn-reecolte-1096-millions-de-yen-pour-le-japon-29179.html

http://ameblo.jp/cocoro2008/entry-10839026826.html

http://nucleaire.cea.fr/fr/repere/nucleaire_monde.htm

[/spoiler]

Commentaires

  1. Carton Martine Répondre

    On devrait écouter un peu plus les jeunes, on n’aurait moins de problèmes. Cette lycéenne dit des choses justes, J’habite au Japon, « Anshin, Anzen » ne m’a jamais rassurée, et encore moins maintenant, ça sert juste à endormir les gens, pour mieux les rouler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 × 7 =