Critique : Gears of War 3 (Xbox 360)

Lancée il y a maintenant cinq ans, la série Gears of War aura fait du chemin jusqu’à aujourd’hui, avec l’arrivée du troisième et dernier épisode sur Xbox 360. C’est le moment de faire chauffer vos tronçonneuses !

Mad World

Sans surprise, nous retrouvons Marcus et sa bande après les événements survenus dans le deuxième épisode. L’humanité est donc au bord du gouffre, les Locustes ravageant tout sur leur passage. Les survivants restant se retranchent et attendent avec un espoir quasi nul l’arrêt de ce bain de sang qui a débuté le jour de l’Émergence. Ce n’est sans compter sur l’apparition de créatures dites luisantes, qui étaient jusqu’alors inconnues, appelées Lambent. Le danger atteignant son paroxysme, les Gears doivent trouver une solution rapidement. De nouveaux comme d’anciens personnages de la série feront partie de cet ultime combat pour tenter de ramener la paix à Sera.

Si l’histoire n’était pas assez mise en valeur avec les deux précédents épisodes, Gears of War 3 change la donne et apporte pour la première fois une belle mise en scène pour son mode Campagne. Les cut-scenes sont en effet très réussies et bien présentées, et contribuent à rendre le jeu moins « bête et méchant » qu’il n’y paraît au premier abord. Mais ne vous inquiétez pas, les dialogues et les citations mythiques, à vraiment prendre au second degré, sont quant à eux toujours présents pour venir vous décrocher un sourire. Bien que l’histoire soit très prévisible, on veut tout de même en connaître la fin grâce aux personnages devenus attachants avec le temps. Je regrette par ailleurs de ne pas avoir eu plus d’informations concernant certains moments-clés du scénario, qui auraient eu le mérite d’être plus longuement détaillés.

Beau comme un camion

C’est dans un jeu comme celui-ci que l’on voit que l’Unreal Engine fait encore de belles prouesses visuelles. Les précédents opus mettaient déjà la barre très haute, mais Gears of War 3 en rajoute une couche avec des graphismes encore plus fins et plus léchés. Il y a également eu un gros travail du côté des animations. Le jeu met une vraie claque, et se pose sans conteste comme l’un des plus beaux jeux sur Xbox 360. Les joueurs qui n’aimaient pas les tons sombres et monochromes des premiers épisodes seront ravis d’apprendre que Gears of War 3 propose une large gamme de couleurs. En plus d’êtres splendides, les environnement sont variés et dynamiques, les décors étant partiellement destructibles. Ce dynamisme est accru avec des passages qui montent en puissance, vous mettant face à des situations de plus en plus spectaculaires.

D’un point de vue du gameplay, rien n’a fondamentalement changé depuis le dernier épisode. Le système de couverture et les actions principales (sprint, etc.) ont fait leur preuve et restent donc inchangés. Il y a quelques nouveautés cependant, qui ne sont pas spécialement visibles du premier coup, mais qui peuvent changer la donne. Par exemple, le fait d’enjamber un muret où un ennemi se protège va avoir pour effet d’étourdir celui-ci pendant quelques secondes, le temps de lui caler une bonne dose de plomb, et encourage l’attaque plutôt que la défense. Dans un autre registre, vous pouvez dorénavant partager des munitions ou échanger des armes avec vos coéquipiers, ce qui peut s’avérer utile lorsque vous êtes dans une situation difficile.

Les voix françaises sont quant à elles restées les mêmes et vont toujours aussi bien aux personnages. Tout comme dans Deus Ex : Human Revolution, la synchronisation labiale n’est pas parfaite.  Les musiques restent dans les mêmes tonalités que ce que l’on a pu déjà entendre par le passé, à savoir des mélodies puissantes et bien rythmées.

Après la campagne, l’autre cœur du jeu se situe dans le multijoueur. Comme il n’y a pas eu de grosses modifications entre la bêta multijoueur, que j’ai déjà abordée ici, et la version finale, je ne vais pas faire un doublon et je préfère plutôt m’attarder sur deux modes que je n’avais pas pu essayer jusqu’ici.

À plusieurs c’est toujours mieux

Commençons tout d’abord avec la Horde 2.0, qui s’est vu grandement améliorée depuis son introduction dans Gears of War 2. Pour rappel, celui-ci vous permet de repousser jusqu’à 50 vagues successives d’ennemis, qui sont dirigés par l’intelligence artificielle, à l’aide de quatre autres joueurs. Parmi les nouveautés, les développeurs ont eu la bonne idée de donner la possibilité de construire des barricades pour se défendre, en échange de quelques dollars gagnés en évinçant vos adversaires. Oui, l’aspect pécuniaire entre maintenant en compte et chaque objet (armes, munitions, …) vaut son pesant d’or.
Pour corser un peu plus les choses, un boss (comprenez par là un Locuste ou un Lambent puissant et en général imposant) apparaît toutes les dix vagues. La coordination et la communication au sein de votre groupe est par conséquent primordial, et c’est pour cela que la Horde est l’un de mes modes préférés.

Ensuite vient le mode Bestial, qui est l’inverse du mode Horde. Je m’explique : le joueur est aux commandes d’un Locuste et doit éliminer la totalité des humains présents par vagues. La difficulté est bien entendue croissante, les humains deviennent plus nombreux et les barricades qui vous bloquent le passage sont de plus en plus évoluées. Il y a des paliers à débloquer au cours de la partie qui vous permettent d’acheter des personnages de plus en plus puissants. Et puis, qui n’a jamais rêver de contrôler un Locuste ? En tous cas, ce mode ne fait pas tâche et apporte un peu de fraîcheur.

Enfin, nous l’attendions depuis longtemps : la Campagne est désormais jouable jusqu’à quatre joueurs en local ou en ligne. Une nouvelle que j’accueille les bras grand ouverts et qui va augmenter considérablement la rejouabilité du jeu, même si celui-ci est le plus long de la trilogie.

L’attente ne fut pas vaine, Gears of War 3 termine la trilogie de la série avec brio.  Les développeurs n’ont pas chômé, le titre atteint la quasi perfection et s’impose comme le TPS du moment sur consoles. Un indispensable.

Mon appréciation : ★★★★★

Titre : Gears of War 3
Existe sur :Xbox 360
Sort le :20 septembre 2011
Développeur :Epic Games
Editeur : Microsoft Games

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre − = 2