JV : le monde des interfaces

Inexistantes au départ, les interfaces de nos consoles de jeux ont subi quelques évolutions notables au cours des années. Voici un survol, car le sujet est vaste, d’un concept qui est devenu indispensable de nos jours.

Avant tout, qu’est-ce qu’une interface et à quoi peut-elle bien servir, étant donné que nous n’en utilisions pas auparavant ? Dans le milieu de l’informatique, une interface est en quelque sorte l’intermédiaire entre l’homme et la machine. Cette dernière peut posséder plusieurs fonctions (multimédia, sociales, etc.) qui sont accessibles via ladite interface. Les plus jeunes d’entre nous ne le savent peut-être pas, mais il n’y avait pas d’interfaces sur les « anciennes » consoles de jeux-vidéo. Il a fallu attendre jusqu’à cette génération pour réellement avoir quelque chose de concret et relativement complet. En effet, si nous prenons comme exemple la SNES de Nintendo, il fallait introduire une cartouche avant de lancer la console car rien ne se passait dans le cas échéant. Pas d’introduction, pas d’accueil, rien. Aucune dissipation possible, le temps passé sur sa console était uniquement utilisé pour jouer.

La question que vous devez certainement vous poser, est : « pourquoi les concepteurs n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? ». Ils l’ont certainement fait, mais le besoin d’avoir un menu pour sa console n’avait pas encore pris le pas et n’était pas nécessaire car l’unique but était de jouer. Maintenant, avoir une machine, quelle qu’elle soit, qui ne sait pas se connecter au Net ou qui ne propose pas un minimum de capacité multimédia (musique, vidéo, etc.) aura, actuellement, plus de mal à s’attirer les louanges du public. Les temps changent, et les habitudes de consommation aussi.

­Le commencement

Cependant, les constructeurs ne sont pas partis de zéro et ont tous, à l’exception de Nintendo, commencé à tâtonner le monde des interfaces à la génération 64 bits (Playstation, Saturn et Nintendo 64). Les fonctions se limitaient à la gestion des sauvegardes de jeux, du réglage de diverses options ou encore la lecture de CD-ROM sur la Playstation par exemple. L’aspect visuel était quant à lui très simple. Il faudra attendre la génération suivante (PS2, Xbox, Gamecube et Dreamcast) pour voir quelque chose de plus évolué graphiquement, sans pour autant apporter de réelles nouveautés.

De gauche à droite : Playstation, Saturn

Lors de la génération 128 bits, la première Xbox sortait un peu du lot avec une section entièrement consacrée au Xbox Live, le célèbre service multijoueur de Microsoft, qui permettait entre autre de consulter sa liste d’amis. Une première, bien que la Dreamcast, sortie plus tôt, fut la première console à proposer le jeu en réseau, mais qui ne se retrouvait pas dans le menu du démarrage.

De gauche à droite : Gamecube, Xbox et Playstation 2

Tout ceci n’était que les fondations. Le vrai bouleversement n’arriva que plus tard, avec la nouvelle génération qui allait prendre la relève.

Les consoles portables et les nouvelles consoles de salon

Jusqu’à présent, nous n’avions pas mentionné le cas des consoles portables. Et pourtant, elles suivent le même schéma que ses grandes sœurs. En effet, la première interface sur console portable est apparue avec l’arrivée de la Nintendo DS, sortie en 2004, deux ans avant la Xbox 360 et trois ans encore avant la Nintendo Wii et la Playstation 3. Assez anecdotique, les écrans affichaient le calendrier ainsi que différentes options comme le lancement du jeu en cours ou le Pictochat, un logiciel de messagerie instantanée. Comme vous le savez peut-être, Nintendo aime faire des déclinaisons de ses consoles nomades. Avec la DSi, nous avons eu droit à une modification de l’interface initiale accompagné de quelques éléments supplémentaires, tels que la boutique en ligne DSiWare. Malgré cela, le jeu en ligne n’était toujours pas très poussé et la personnalisation était quasiment inexistante.

De gauche à droite : XMB (PSP), Nintendo 3DS

La première Nintendo DS fut suivie de peu par la PSP, qui fut la première entrée en la matière pour Sony sur le marché des consoles portables. C’était également l’occasion pour la firme de créer sa propre interface : la XMB (Xross Media Bar). Pourquoi ce nom ? Tout simplement par le fait que le système a une structure en forme de croix ! Un système que je trouve personnellement simple, efficace et parfaitement fonctionnel. Cette interface va par ailleurs être reprise sur la Playstation 3 ainsi que sur les télévisions Sony Bravia. Nous allons revenir plus en détails sur le XMB un peu plus bas, lorsque nous allons parler de la Playsation 3.

Sortie fin mars 2011, la Nintendo 3DS tire son épingle du jeu avec son écran 3D sans lunettes. Il n’en est pas de même pour son interface qui ressemble à s’y méprendre à celle de la DSi, nous n’allons donc pas nous éterniser sur celle-ci.

La Xbox 360

Alors que la Playstation 2 a évincé ses concurrents avec ses ventes astronomiques, Microsoft décida de se lancer le premier en sortant, un an avant Sony et Nintendo, sa nouvelle console de salon : la Xbox 360. Cette dernière subit plusieurs mises à jour qui vont drastiquement modifier son menu au fil du temps.

Initialement, nous avions des volets qui regroupaient l’essentiel des fonctions (Xbox Live, Média, Système, etc.) de la console. Ce n’était pas spécialement très joli, mais c’était la première véritable interface sur console de salon. Ce menu ne sert plus seulement à gérer ses sauvegardes, mais permet un tas d’interactions telles que le téléchargement de démo, la comparaison de ses scores avec ses amis, la lecture de fichiers se trouvant sur votre ordinateur (si il est équipé de Windows), et de bien d’autres choses. Et si vous n’aimiez pas le design d’origine, vous pouviez installer un thème ou vos propres photo pour plus de personnalisation.

Ensuite, Microsoft présenta en 2008 lors de l’E3 (un grand salon de jeux-vidéo qui se déroule chaque année à Los Angeles) le NXE, un acronyme pour New Xbox Experience. Sous ce nom un brin pompeux se cache une refonte totale de l’interface. Le système de volets a en effet laissé sa place à un système d’onglets et de panneaux (statiques ou animés) avec un effet de perspective. C’est également l’occasion de voir débarquer les Avatars, une idée prise de la Wii (qui est sortie bien avant cette mise à jour), qui sont censés vous représenter virtuellement. D’une manière générale, le rendu est plus agréable à l’oeil mais nous y perdons également en simplicité et en visibilité dès qu’on plonge dans les sous-menus, qui peuvent prêter à confusion. Notons également l’intégration de Facebook et Twitter, qui connaissent un essor fulgurant sur le Web. De plus, le Xbox Live est parfaitement bien intégré et met très clairement en avant les nouveautés sorties sur son marché pour ne pas pouvoir les rater.

L’évolution de la Xbox 360 au fil du temps

Une troisième mise à jour a eu lieue récemment pour accompagner la sortie de Kinect, le détecteur de mouvement de Microsoft.  Les panneaux, dont je vous ai parlé plus haut, ont subi un lifting et leur mise en place a également changée, supprimant le précédent effet de perspective afin de permettre aux utilisateurs de Kinect de naviguer avec plus de facilité dans les menus, d’un geste de la main façon Minority Report. Les autres utilisateurs perdent quant à eux encore plus de visibilité car il est devenu impossible de savoir le contenu d’un onglet sans le parcourir entièrement.

Enfin, l’interface a été une nouvelle fois revue et est disponible en téléchargement depuis le mois de novembre. Le dashboard arbore cette fois-ci le thème Metro, que vous avez peut-être déjà aperçu sur les Windows Phone 7. Il n’est pas étonnant de voir que Microsoft compte unifier, esthétiquement parlant, ses différents systèmes au fil du temps. Je trouve que personnellement le design est mieux réussi qu’auparavant, bien que la navigation dans les menus soit un peu plus confuse par moment. Il est aussi plus que dommage de voir des publicités en première page, que l’on soit un abonné Premium ou non. Les changements ne s’arrêtent pas là puisqu’il est désormais possible de mettre des « balises » sur vos jeux préférés pour être directement informé, via une notification, qu’un de vos amis lance ledit jeu.

La Playstation 3

Comme nous vous l’avions dit précédemment, la Playstation 3 reprends exactement la même interface que celle inaugurée par la PSP. Contrairement à la Xbox 360, le XMB réserve une place plus timide à son service en réseau, le Playstation Network. Hormis sa liste d’amis qui est trouvable directement dans l’interface, le marché (PS Store) est séparé de tout le reste, ce qui est fort dommage car on a l’impression de franchir une « barrière » alors que sur le Xbox Live on passe de l’un à l’autre sans soucis. Concernant la partie multimédia, chaque fonction est bien située dans sa propre section pour plus de clarté. Par ailleurs, le menu Playstation 3 n’a pas subi de gros lifting depuis son lancement. Nous avons juste eu droit à un grossissement de la police d’écriture, du rajout d’un nouvel effet et de quelques options supplémentaires (PS Home, Facebook, etc.)

La Nintendo Wii

Nintendo a su dernièrement se détacher de ses concurrents en proposant une expérience de jeu pour le moins inédite, avec la Wii et sa manette détectrice de mouvements. Il en est de même pour son interface, qui est sensiblement différente, basé sur un système de « Channel ». L’écran est en effet découpé par des rectangles où viennent se déposer les différentes fonctions de la console telles que la chaîne météo ou la chaîne Mii. L’ensemble est très simple et épuré, avec une prédominance de blanc, à l’image de la machine qui doit plaire à tout public. L’entreprise a toujours été assez frileuse concernant le jeu en réseau et la Wii ne vient pas déroger à la règle. Pas de liste d’amis pour voir qui est connecté, le marché WiiWare est vraiment pauvre à côté du PS Store et du Xbox Live Market qui font office de mastodontes à côté, et enfin le système de code ami est rhédibitoire. Après tout, la Wii a pour but de réunir plusieurs personnes dans une même pièce et non par écrans interposés.

Et après ?

Mais que nous réserve donc le futur ? À l’heure où j’écris ces lignes, nous n’avons aucune information concernant les futures consoles, sauf pour la NGP (nom provisoire) qui va succéder à la PSP. Nous avons en effet pu apercevoir quelques visuels et vidéo de son interface, que je trouve particulièrement réussie, et qui se rapprochent plus d’un smartphone avec pleins de petits effets. De plus, Nintendo va dévoiler pour la première fois lors de l’E3, dans un petit moins d’un mois, sa nouvelle console de salon qui va remplacer la Wii en 2012.

Pour finir, nous nous sommes uniquement attardés tout au long de cet article sur les consoles, mais énormément d’autres machines possèdent une interface, qui évolue également avec le temps. Prenons comme exemple la Microsoft Surface, une table entièrement tactile (illustrée en début d’article) ! Les interactions entre l’Homme et la machine suivent la même progression : nous sommes passés de joysticks et boutons à nos doigts ou encore notre corps (Kinect par exemple). Et ce n’est que le début.

Mise à jour du 14 décembre 2011 : Ajout de la nouvelle interface Xbox 360 sortie fin novembre.

Commentaires

  1. DarkScuderia Répondre

    Bon article! Je me demande bien aussi ce qu’on aura bien comme dashboard dans le futur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 4 = 3