Compte-rendu : Japan-Expo Belgium (2012)

Après une première édition qui avait introduit la Japan Expo en Belgique, nous voici de retour à Tour & Taxis un an plus tard pour la seconde édition, toujours placée sous le signe du Japon, des jeux vidéo … et de bien d’autres choses ! Pour voir nos photos, rendez-vous tout en bas de la page !

De plus, nous avons pu faire une interview de Tôru Fujisawa que vous pouvez retrouver ici.

Quoi de neuf depuis 2011 ?

Comme nous vous le disions dans notre compte-rendu de l’année passée, le gros point noir de l’édition 2011 fut l’organisation générale, avec une disposition des stands erratiques et laissant peu de places aux visiteurs qui étaient venus nombreux. Autant dire que nous attendions cette nouvelle édition au tournant !

Sachez tout d’abord que l’organisateur n’est plus Slumberland, comme ce fut le cas l’année passée, mais SEFA-event qui n’est autre que l’organisateur de la Japan Expo Centre, Sud et celui de Paris. Et cela s’est bien ressenti une fois les portes de Tour & Taxis franchies : l’organisation était cette année bien mieux gérée que l’année précédente. Il n’y a pas photo. Premièrement, la distance entre les différents stands était bien plus large, ne provoquant pas d’engorgements dans les différentes allées. Ensuite, les quatre salles (disposés linéairement les unes à la suite des autres) qui accueillaient stands, activités et scènes n’étaient pas remplies à leur maximum, dans le sens où la salle du milieu était plus vide et servait en quelque sorte de zone tampon entre deux halls beaucoup plus visités.

Toujours dans cet effort de vouloir mieux gérer les choses,  les zones consacrées aux dédicaces étaient désormais bien séparées des autres stands, histoire de ne pas créer une file interminable qui pouvait venir gêner les autres visiteurs. Il en est de même pour les échoppes de restauration qui bénéficiaient cette fois-ci de plus d’espace un peu plus en retrait, bien que leurs prix restaient aberrants, voir scandaleux (5euros un hot dog !). Un point noir, d’autant plus que l’on ne nous laissait pas entrer/sortir librement du salon.  Enfin,  des stewards veillaient également à bien réguler les entrées pour accéder aux différentes scènes, quitte à en interdire l’accès par manque de place, où se tenaient conférences et autres shows.

On peut donc affirmer que les organisateurs ont réussi cette année à gommer un défaut important à nos yeux et qui nuisait clairement à la visite. Un (très) bon point !

Côté jeux

Comme à son habitude, la convention proposait à ces visiteurs quelques bornes de jeux, en général assez récents, sur Xbox 360, Playstation 3 ou consoles portables. Mais l’attraction de ce salon côté jeux vidéo fut surtout la présence de la Wii U qui fut pour la première fois jouable pour le public belge. Par ailleurs, il n’y avait que Nintendo qui était réellement présent comme éditeur pour mettre en avant son actuelle console portable et sa prochaine console de salon.

Nous avons par conséquent pu nous essayer à quelques jeux sur Wii U (New Super Mario Bros U, un minijeu sur Nintendo land ainsi qu’à Rayman Legends) et prendre en main le fameux Gamepad. Ce dernier est, contrairement à ce que l’on pourrait croire, incroyablement léger et tient bien en main. L’écran semble être également de bonne facture malgré le fait qu’il ne soit pas multi-touch comme ce qu’il existe sur les smartphones/tablettes actuelles.

Concernant les jeux testés, nous étions assez déçus  de New Super Mario Bros U qui est loin d’être amusant au Gamepad. On se contente en effet de tapoter gentiment les ennemis pour les étourdir et de créer des blocs qui serviront de tremplin pour nos coéquipiers. Nous comprenons maintenant pourquoi les gens ne se ruaient pas sur la « mablette » qui est pourtant la grosse nouveauté. Ensuite, le minijeu sur Nintendoland (Mario Chase) qui nous a été présenté était sympathique et amusant à plusieurs. Les joueurs à la Wiimote devaient courir après le joueur possédant le Gamepad pour tenter de l’attraper avant la fin du temps imparti. Enfin, nous avons pu faire une course poursuite sur Rayman Legends, qui est vraiment magnifique visuellement et qui propose un bon challenge pour le joueur au Gamepad.

Il y avait également l’habituel stand Just Dance 4 pour faire bouger les visiteurs et les plonger dans l’ambiance du salon. Notons aussi la présence de quelques bornes Halo 4 qui permettaient aux visiteurs de s’affronter entre eux lors d’un deathmatch sans pitié.

Côté otaku

Tout comme l’année passée, différents stands vendant accessoires, manga et autres objets touchants à la culture japonaise, étaient présents. Cela allait des katanas (forgés par l’artisan… hum, hum) aux fanzines, passant par figurines et accessoires pour costumes. Toutefois, une impression que les « petites » associations, que cela concerne les artistes ou les fanzines, étaient toujours effacés devant la horde des vendeurs de goodies (qui nous certifiaient de ne pas vendre de contre-façon… hum). Signalons également qu’encore une fois, aucune maison d’édition n’était de partie, chose que je trouve personnellement bizarre pour un tel salon.

D’autres activités comme le go, shôgi ou encore l’origami étaient de la partie pour faire découvrir aux visiteurs, si ce n’est pas déjà fait, certains côtés de la culture nippone. Les activités plus physiques ne manquaient pas non plus, avec le retour des tatamis sur lesquels des performances de Karate, Kendo et autres arts martiaux avaient lieu. Par contre, nous n’avons pas retrouvé de ring de catch, pourtant présent l’année passée : un regret (ou pas).

Mais dans une convention de cette ampleur, ce sont surtout les activités qui se révèlent être intéressantes. Cinq scènes étaient prévues à cet effet. Une scène vidéo, où l’on nous invitait à voir des animes parfois en avant-première. Une salle de conférence, qui accueillait certains invités ou même des cours d’initiation au japonais organisé par l’ambassade du Japon, ainsi que le son chaud et rythmique des taikos. Bien sûr, il y avait également la salle d’activités, où nous retrouvions nos amis de chez Belgotaku mais aussi les nouveaux Franc-Bacon, au travers de karaoké, quizz et… speed dating entre les visiteurs. Le tout dans une ambiance très sympathique. Enfin, la salle principale accueillait les invités, que l’on pouvait retrouver plus tard dans la salle de dédicaces, avec concerts et conférences.

À nouveau, l’organisation était au rendez-vous, puisque dans toutes ces salles nous retrouvions des chaises (mine de rien, c’est pratique !), même si il y a eu apparemment quelques embrouilles avec les dédicaces, qui a été géré sous forme d’un système de bons, en plus d’un tirage au sort.

Justement, la Japan Expo Belgium a fait fort pour ses invités cette année en invitant Tôru Fujisawa, que nous avons eu la chance d’interviewer, l’auteur du célèbre manga Great Teacher Onizuka (GTO pour les intimes). En plus de la traditionnelle séance de dédicaces pour les visiteurs, le mangaka en a profité pour dessiner en live un portrait d’Onizuka (que vous pouvez retrouver en vidéo en bas de cette page) après une conférence qui lui était entièrement dédiée. D’autres invités comme le Joueur du Grenier, Noob, et autres groupes de Jpop qui nous semblaient un peu obscurs étaient présents.

Conclusion

Nous en attendions beaucoup de cette deuxième édition de la Japan Expo Belgium. Un peu comme l’année passée en fait. Sauf que le résultat a été plus satisfaisant que la précédente édition. Une organisation plus maitrisée, rendant la visite bien plus conviviale et plaisante. Signalons également la présence de poubelles (oui, c’est hyper important !), chose presque inexistante l’année passée ! Dommage toutefois du manque des créatifs, des petites associations, ou même de vendeurs de manga/anime, en dépit de la horde des magasins de goodies, n’hésitant pas à proposer des prix aberrants (comme d’habitude lors de ce genre d’évènement).

Au final, ce Japan Expo Tome 2 fut une meilleure convention, avec une ambiance au rendez-vous, en plus de certains invités phares, comme Fujisawa Toru pour ne citer que lui. C’est sans compter sur les activités en phase avec la culture japonaise, que cela soit les arts martiaux ou les arts de Furoshiki, Ikebana, et même du Rakugo.

Un grand bravo à toute l’équipe … et à l’année prochaine !

Les Photos

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.