Comment seront les jeux vidéo dans le futur ?

© Minority Report

Depuis leur création, les jeux-vidéo n’ont jamais été aussi bouleversés qu’aujourd’hui. Sortons pour une fois notre boule de cristal et tentons de voir à quoi ressemblent les technologies de demain qui feront peut-être partie de notre quotidien.

Le passé

Avant de se projeter dans le futur, essayons de voir de manière exhaustive ce qui a déjà été fait par le passé dans le milieu vidéoludique.
Outre le mode de contrôle standart, à savoir les manettes classiques composées de simples boutons et d’une croix directionnelle, il y a également eu quelques tentatives qui sortaient du lot.

Prenons l’exemple de Nintendo, avec son Power Glove et son Virtual Boy. Le premier est un accessoire en forme de gant qu’il faut brancher à la NES et qui permet à la console de reconnaître certains mouvements effectués par le joueur. L’ancêtre de la Wiimote en quelque sorte. Le second a été créé par le génial inventeur Gunpei Yokoi et est une console à part entière, sa particularité étant de donner aux jeux une impression de relief au travers d’un casque sur pied. La technologie utilisée reposait sur l’utilisation de deux lunettes composées de diodes rouges affichant ainsi des visuels uniquement en noir et rouge.

 

 

 

 

 

 

En 1982, Amiga a sorti pour son Atari 2600 une sorte de balance intitulée Joyboard. Le principe reste le même que la manette, presser la croix dans la bonne direction, sauf que cette fois-ci le joueur doit se poser dessus. Vous avez dit Wii Fit ?

La firme Sega a également apporté sa pierre à l’édifice en sortant un accessoire censé révolutionner le monde du jeu à l’époque : l’Activator Ring. Le périphérique a, comme son nom l’indique, une forme d’anneau et doit être posé par terre. Le joueur se met ensuite au centre et peut effectuer divers mouvements qui seront retranscrits dans le jeu grâce à des rayons infrarouges. La Nintendo Wii avant l’heure !

Le point commun entre toutes ces technologies est leur échec commercial retentissant, voire collossal. Pour en connaître les causes, il faut se pencher du côté du manque de jeux ou bien à la technique qui n’était pas encore au point à l’époque : manque de précision, mouvements mal reconnus, etc. Mais l’idée de sortir des sentiers battus pour proposer une nouvelle experience aux joueurs était déjà présente dans la tête des constructeurs.

[youtube id=”x-IgK-ooLkM” width=”600″ height=”340″ position=”center”]

 

Le présent 

Continuons notre parcours avec la génération actuelle, profondément marquée par les graphismes en haute-définition, le motion control et la 3D.

Grâce aux composants informatiques de plus en plus puissants, un cap de plus a été franchi et les jeux deviennent pour certains beaucoup plus réalistes grâce à des graphismes évolués.

À croire que les graphismes en haute-définition ne suffisaient pas, Microsoft et Sony ont également suivi la voie empruntée par Nintendo avec la Wii et ont tous deux sortis leurs propres périphériques détecteurs de mouvements. Ainsi, le Playstation Move et Kinect ont vu le jour pour essayer de grapiller, avec un succès très relatif, un marché casual entièrement conquis par Nintendo.

Cependant, un facteur de plus est venu donner un coup de pied dans la fourmilière : la démocratisation des smartphones et des tablettes tactiles. Ces machines polyvalentes, et tactiles de surcroît, proposent des tas de jeux à des prix très agressifs. Le mode de consommation est aussi différent puisque les jeux sont distribués de manière dématérialisée, directement téléchargeable sur l’engin. Un nouveau venu revendique par ailleurs la disparition des consoles de salon en proposant tout un catalogue de jeux jouables en streaming (Cloud Computing) sur les machines compatibles : il s’agit de OnLive.

Ensuite, la réalité augmentée est beaucoup plus mise en avant avec la Nintendo 3DS ou encore l’iPhone, pour ne citer qu’eux. Le procédé est simple : votre dispositif filme à l’aide d’une caméra votre environnement et ajoute par-dessus des éléments en 2D ou en 3D visibles sur l’écran. Cette technologie est en pleine progression, et il ne fait aucun doute selon moi qu’elle sera plus utilisée à l’avenir, à des fins vidéoludiques ou non. On pourrait se prendre à rêver de voir ses personnages préfèrés prendre vie dans son salon.

Enfin, un phénomène, pas nouveau pourtant, a refait surface ces derniers temps : l’affichage en 3D dans les films et les jeux-vidéo. Pour le moment, cela se limite à la Playstation 3 (stéréoscopie) et la Nintendo 3DS (auto-stéréoscopie). En fonction des jeux, l’effet est relativement bien fait. En plus de ne pas apporter un réel apport aux jeux-vidéo, les écrans de télévisions et les lunettes compatibles 3D coûtent assez chers pour pouvoir l’installer chez soi, sans compter le fait qu’il n’y a pas encore énormément de jeux qui l’exploitent.

Le futur

Ce qui va suivre est purement hypothétique et ne concerne pas particulièrement les prochaines consoles de salon, voire les jeux-vidéo.

Les périphériques détecteurs de mouvements sont à la mode en ce moment, mais en sera-t-il de même dans 5, 10, 20, … ans ? Nous savons déjà que Nintendo compte prolonger l’expérience avec la Wii U, mais quel voie sera prise par Sony et Microsoft ?

Comme nous le disions précédemment, la vente dématérialisée est de plus en plus commune, que ça soit sur smartphones (App. Store, Android Market, …) ou consoles/PC (Steam, Playstation Store, …). Difficile de dire si les principaux acteurs du jeux-vidéo passeront au tout dématérialisé quand on voit l’attachement des joueurs vis à vis de l’aspect matériel.

Pourquoi se contenter de graphismes en HD lorsque l’on peut avoir de l’Ultra High Definition Television ? Ce dernier propose une résolution de 7680×4320 pixels (4320p) contre une résolution de 1920×1080 pixels pour la Full HD (1080p) ! Pour le moment, la technologie ne s’applique expérimentalement qu’à des chaînes de télévisions comme la NHK, la RAI ou encore la BBC. Imaginez-vous un instant en train jouer sur un écran d’une taille de 85 pouces (plus de 11 mètres).

[youtube id=”9U7e_quvkPQ” width=”600″ height=”340″ position=”center”]

 

Dans le genre futuriste, nous pouvons aussi citer la vidéo holographique, qui consiste à afficher une image en trois dimensions comme si elle flotait en plein air. Vous aurez certainement déjà vu cette technologie dans des films de science-fiction comme Star Wars par exemple. Dans le cas de la vidéo ci-dessous, l’image est affichée dans un prisme qui regroupe différentes sources lumineuses.

[youtube id=”-k5nt541SE0″ width=”600″ height=”340″ position=”center”]

 

Le fait de jouer sans bouger la moindre partie de son corps est possible grâce à une invention de la société Emotiv Systems. Leur produit, intitulé Epoc, a pour but de pouvoir contrôler ce qui se passe dans un jeux-vidéo par la pensée ! Il faut pour cela porter un casque spécifique qui va interpréter les signaux électriques en provenance de notre cerveau. Pour l’instant, cela se révèle plus particulièrement utile pour les personnes atteintes d’un handicap.

Après avoir vu toutes ces technologies, il est indéniable qu’il y aura une forte diversification dans la manière de jouer dans le futur. Pour le moment, nous n’avons affaire qu’aux prémices.
Et vous, qu’en pensez-vous ? Croyez-vous que les jeux-vidéo resteront « traditionnels » avec le duo manette/console ? À court terme, devrons-nous abandonner notre manette pour un tout nouveau mode de contrôle ?