Le multijoueur dans les jeux vidéo

Lan Party

Si le mode solo des jeux vidéo n’a pas foncièrement changé, il n’en est pas de même pour le mode multijoueur qui s’est démocratisé et diversifié au fil des années. Je vais me focaliser tout au long de cet article sur le modes multijoueur présent sur les consoles, n’étant pas un habitué du multijoueur PC.

Multijoueur, multifacette

Super Smash Bros., l'exemple même du jeu fun à plusieurs.
Super Smash Bros., l’exemple même du jeu fun en local.

Rares sont aujourd’hui les jeux qui ne proposent pas de mode multijoueur en complément du mode solo. C’était loin d’être le cas sur la génération précédente et encore moins sur les jeux vidéo qualifiés de “rétro”. C’était clairement le multijoueur en local qui primait, et plus particulièrement les jeux permettant à deux personnes de jouer ensemble.
Ainsi, des jeux contenant un mode coopération, tel que Double Dragon, ont vu le jour afin de permettre aux joueurs de s’entraider pour accomplir un objectif commun. Si ceux-ci jouent sur un même écran, on parle de split-screen étant donné que ce dernier est divisé en deux parties (ou plus, selon le nombre de joueurs). Dans les jeux actuels, cela s’accompagne en général d’une perte de qualité visuelle, puisque la gestion de multiples affichages consomme plus de ressources. Il en est de même pour les modes compétitifs (deathmatch, etc.) qui, au contraire, opposent des joueurs face à face pour un match sans merci.
Pour terminer avec le jeu en local, citons également le jeu en LAN, qui consiste à réunir plusieurs consoles ou PC dans une même salle afin de les brancher entre eux (pour former un réseau local) et faire affronter les joueurs les uns contre les autres. Ceci a notamment donné naissance à l’E-sport, qui permet la rencontre de différentes équipes qui s’affrontent sur un même jeu, que ce soit pour un deathmatch ou tout autre mode multijoueur (capture du drapeau, etc.). Ce domaine s’est par ailleurs professionnalisé et il n’est pas rare d’entendre parler de compétitions qui offrent aux vainqueurs un prix non négligeable.

Halo 4, typiquement le genre de jeu qui connaît un grand succès.
Halo 4, typiquement le genre de jeu qui connaît un grand succès.

Parmi toutes les possibilités offertes par l’arrivée et la démocratisation d’Internet au sein des foyers, le mode multijoueur a également évolué pour proposer du jeu en ligne comme on le connaît aujourd’hui. Le salon n’est plus le seul terrain de jeu puisqu’il est désormais possible de jouer avec n’importe qui dans le monde !
On en vient à cette génération de console qui a connu un véritable bond en avant concernant les services en ligne. Une grande majorité des jeux offre à présent un mode multijoueur… à tort ou à raison. La généralisation du mode multijoueur et son succès astronomique dans certains jeux comme ceux de la série Call of Duty (pour ne citer que lui) poussent les développeurs à intégrer ledit mode dans leurs jeux, même si cela ne s’y prête absolument pas. Je pense notamment à Bioshock 2 qui s’est vu greffer un multijoueur anecdotique face au mode solo qui a, sans commune mesure, plus de valeur aux yeux des fans de la série. Cela peut être directement préjudiciable à la qualité du jeu dans le cas où il n’y a qu’une seule équipe qui s’en occupe entièrement. En effet, développer un multijoueur prend du temps. Un temps qui pourrait être utilisé pour peaufiner le mode principal. Pour preuve, le prochain épisode issu de la série Bioshock ne contiendra plus ce type de mode. Cependant, l’ajout d’un mode multijoueur n’est évidemment pas synonyme d’échecs ou de perte de temps. Prenons par exemple le cas de la série Assassin’s Creed qui s’est vue enrichie, depuis l’épisode Brotherhood, d’un mode multijoueur développé par une autre équipe que celle du mode solo et qui s’avère au final être une bonne surprise.

Jouer seul, c’est bien. Jouer à plusieurs, c’est mieux … parfois.

Tout n’est en effet pas rose dans le monde du multi !
Certains pesteront contre le système de matchmaking sur consoles, qui consiste à mettre en relation les joueurs et les réunir de façon automatique dans une même partie, en fonction de leur niveau par exemple. Cela diffère radicalement du système de serveurs dédiés que l’on retrouve essentiellement sur PC, qui permet à tout à chacun de rejoindre la partie qu’il veut ou bien de créer et paramétriser sa partie en fonction de ses envies.
De plus, il n’est pas rare de tomber sur des joueurs qui s’amusent à tricher pour arriver à leur fin, et ainsi pourrir la partie. Cela n’est peut-être pas directement imputable au jeu – plutôt à la mentalité de certains en fait – mais cela peut amener à décourager les joueurs “honnêtes” de jouer si cela arrive à répétition et qu’aucune correction n’est apportée par les développeurs.
Enfin, il est dommage de voir qu’un bon nombre de jeux ne proposent pas de multijoueur local et privilégient exclusivement le online, à l’exception peut-être des jeux Nintendo qui conservent toujours leur dose d’amusement en local.

Pour finir, le multijoueur, présent sous différentes formes, a amené une nouvelle façon de jouer à son jeu. En plus d’augmenter la rejouabilité de ce dernier, il parvient (parfois) à faire voir son jeu sous un autre angle et l’apprécier autrement. Il est certain que ce type de mode a encore de beaux jours devant lui et n’est pas prêt d’être boudé par les joueurs du monde entier.