Le réalisme dans les jeux vidéo

Toutes les personnes qui jouent un tant soit peu aux jeux-vidéo ont déjà entendu ou exclamé des phrases telles que : “Regarde ce jeu, il est bien foutu, c’est super réaliste !”. Mais quels sont justement ces titres qui se rapprochent le plus de la réalité ? Et de quelle manière le font-ils ?

Le visuel – miroir vidéoludique

L’attrait visuel est bien la première chose que l’on remarque lorsque l’on voit un jeu pour la première fois. Et c’est par la même occasion le premier jugement que l’on porte, sans même avoir touché la manette. Inutile donc de préciser que c’est un aspect hyper important lors de la conception d’un jeux-vidéo, et qui peut même s’avérer déterminant pour certains joueurs !

C’est également la voie par laquelle le joueur va le plus facilement s’identifier. Plus le soft est proche de la réalité, plus la personne qui y joue sera immergée.  Prenons par exemple Battlefield 3 sur PC, qui a un rendu impressionnant et assez proche de la réalité :

 

Cependant, tous les titres sortis sur d’anciennes consoles, que l’on peut trouver “moche” maintenant, étaient pour certains réalistes à leur époque. Il faut juste remettre les choses dans leur contexte et se dire que la technologie avance très rapidement, et que nous n’avions pas les mêmes exigeances qu’auparavant.

Mais le réalisme ne se limite pas qu’aux artifices oculaires. D’autres mécaniques, tel que le gameplay, entrent en jeu.

Le gameplay – prendre les choses en main

Un jeu ne se joue pas seulement avec ses yeux, mais aussi avec ses mains. Pour que cela soit réaliste, les sensations que le joueur perçoit, en conduisant par exemple une voiture, doivent être bien retranscrites pour ne pas que ça paraisse faux et gâcher l’immersion. Pour continuer avec mon exemple, imaginez que vous pilotez un bolide qui tourne trop rapidement ou qui est beaucoup trop rapide. Il faut que vous ayez une impression de lourdeur sur la route. C’est ce que l’on appelle la simulation, qui est l’exact opposé d’un autre genre : l’arcade. Les contrôles de ce dernier sont en effet plus simples et plus intuitifs.

D’autres titres comme Heavy Rain, qui insistent plutôt sur l’aspect humain en vous faisant incarner plusieurs personnages (qui sont tout à fait normaux), vous obligent à faire des choix cruciaux, qui auront un véritable impact sur l’histoire.

Les accessoires peuvent également créer la différence (motion controler, volants, etc.) si ils sont de qualités et bien mis à profit, tout comme certaines technologies (la réalité augmentée en est un parfait exemple) qui connaissent un bel essor.

La bande son – les oreilles du joueur

Terminons cet article avec une nouvelle caractéristique : les effets sonores. Ces derniers sont d’autant plus impressionants en fonction de l’installation que l’on possède chez soi (Home Cinema 5.1 ou 7.1, etc.). À quoi bon avoir des graphismes somptueux et des contrôles bien huilés si le son ne correspond pas à ce que l’on attend ? Il faut vraiment qu’on se sente comme si on y était, que ce soit un champ de bataille où les balles fusent tout autour de vous, ou bien un vrombissement du moteur perceptible dans le cockpit.

Voici un extrait audio holophonique qui n’a certes rien à voir avec les jeux-vidéo, mais qui vous montre à quel point le son peut être utilisé pour renforcer l’immersion. À écouter absolument avec un casque ou des écouteurs  !

Extrait : Le coiffeur – son holophonique

Oui, les jeux-vidéo risquent de devenir de plus en plus réalistes avec le temps, grâce à toutes ces nouvelles technologies qui voient le jour. Certains le verront d’ailleurs d’un mauvais oeil, accusant ainsi les jeux-vidéo de dénaturer l’esprit de jeunes personnes sensibles (il n’y a qu’à voir le tollé que provoque chaque sortie d’un Gran Theft Auto, quel qu’il soit). Mais là, c’est encore un autre débat …