Zoom sur le Nokia Lumia 800

Après avoir annoncé un partenariat entre Nokia et Microsoft, la société finlandaise a sorti, il y a maintenant quelques semaines, le premier fruit de leur collaboration : le Nokia Lumia 800. Voici mon retour d’expérience en tant qu’utilisateur après avoir manipulé l’appareil pendant plus d’un mois.

Bien que Nokia fût une société à son apogée sur le marché mobile il y a de cela quelques années, la firme a perdu quelque peu de sa flamme avec l’arrivée des smartphones. Elle a raté le tournant et n’a en effet pas su s’adapter aux nouveaux désirs des utilisateurs dans un marché détenu principalement par Apple (iOS) et Google (Androïd). Histoire de revenir dans la course, Nokia a donc conclu un partenariat avec Microsoft, afin de pouvoir distribuer ses téléphones sous Windows Phone 7. La gamme Lumia est née.

Le téléphone

Après avoir eu un iPhone 3G qui commençait à accuser de son âge, me voilà désormais possesseur du Nokia Lumia 800. Pour les amoureux des chiffres et des circuits imprimés, sachez que l’engin comporte un processeur Qualcomm cadencé à 1,4 GHz (monocore), une mémoire RAM de 512 Mo, un espace de stockage non-extensible de 16 Go, un appareil photo de 8 MP ainsi qu’un écran AMOLED (Clearblack) de  3,7 pouces. Vous pouvez toujours aller jeter un œil aux spécifications complètes sur le site du constructeur.

La chose qui m’a frappé en premier lieu est évidemment le design de la machine. Sur ce point, Nokia a repris l’esthétique du N9, un de ses précédents téléphones, ce qui n’est pas pour me déplaire. Le Lumia 800 se présente donc sous la forme d’une coque unibody qui comporte des formes arrondies. Il n’y a donc aucune « cassure » de visible, tout a été fait pour garder un style classe et épuré. Pour preuve, la tranche gauche de l’appareil ne comporte aucun bouton, ceux-ci étant uniquement présents sur la tranche droite. Sans compter sur les trois boutons communs à tous les Windows Phone (retour, home et Bing), qui sont quant à eux situés directement sur l’écran et sont par conséquent tactiles. En parlant de l’écran, celui-ci possède une petite particularité puisqu’il est légèrement incurvé au niveau de ses bords. Je vous rassure, cela n’a strictement aucun impact sur l’utilisation quotidienne. Autant dire que j’ai été agréablement surpris par le design et la qualité de finition du téléphone, qui est pour moi du même niveau que l’iPhone 4(S) de chez Apple. Chose assez rare pour être soulignée, une housse en silicone est présente dans la boîte, et épouse parfaitement bien les formes de l’appareil. C’est à peine si on peut la distinguer !

Je vous le disais plus haut, l’écran est de type AMOLED. Il faut savoir que ce dernier, contrairement aux écrans LCD, affiche des noirs très profonds et des couleurs plus chaudes. C’est assez frappant au départ, mais on s’y habitue petit à petit. Ce n’est pas tout, puisque Nokia a eu la bonne idée de doter cet écran de la technologie Clearblack, ce qui permet aux utilisateurs de voir assez clairement ce qui est affiché sur l’écran malgré une forte luminosité (des rayons de soleil si vous avez de la chance). Ensuite, les noirs sont vraiment noirs, et non gris foncé comme on pourrait s’y attendre. En fait, l’AMOLED éteint les pixels pour les fonds noirs, d’où le fort contraste perceptible. Cependant, un problème inhérent à ce type d’écran est la tendance à tirer les couleurs vers le rouge à cause de la disposition des pixels. Comme tout dépend de la sensibilité de chacun, c’est au final à vous de voir si cela ne vous gène pas. J’ai par ailleurs remarqué qu’un côté de mon écran est plus rouge que l’autre en faible luminosité et avec certaines couleurs. Il va falloir que je vérifie si le problème persiste à long terme.

Comme beaucoup de smartphones, le Lumia 800 a essuyé pas mal de plaintes à propos de son autonomie, jugée trop faible. Le problème étant dans ce cas-ci logiciel, Nokia a tenu à rassurer sur ce point en sortant mi-janvier une mise à jour venant corriger les défauts rencontrés par certains. Pour ma part, le téléphone tenait un peu moins de deux jours avec une utilisation « normale » (SMS, surf, etc.), ce qui semble encore acceptable. J’ai effectué la mise à jour il y a deux jours seulement, celle-ci est en effet progressive, il va donc me falloir encore du temps avant d’apercevoir les éventuels changements et améliorations.

Quid de l’appareil photo, fonction fortement plébiscitée par les utilisateurs ? La qualité des photo est bonne dans l’ensemble, et il est également possible de filmer en 720p. Un bouton sur le côté du téléphone est spécialement dédié à l’appareil photo, pour que ce dernier puisse être lancé très rapidement et en un seul geste. Pratique !

Pour se démarquer de la concurrence et justifier encore un peu plus le partenariat avec le géant de l’informatique, Nokia a développé des applications spécifiques à la gamme Lumia. Ainsi, les possesseurs d’un de ces appareils (le 710 ou le 800 actuellement) pourront bénéficier de plusieurs applications gratuites, plus principalement : Nokia Musique, Nokia Cartes et Nokia Drive.
En plus de pouvoir écouter votre propre musique, la première application vous propose d’écouter plusieurs radios réparties sur différentes catégories. Sympathique, mais il y a une limite d’écoute puisqu’un message vous avertit dès que vous passez trop de musique. Le but derrière cela est bien évidemment de vous rediriger vers la boutique en ligne et d’effectuer quelques achats. Ensuite, intéressons-nous à Nokia Cartes. Cette application de cartographie ne révolutionne certes rien, mais corrige les quelques défauts de l’application Cartes  intégrée nativement dans WP7. Par exemple, le nom des rues est affiché sans qu’il y ait besoin de zoomer de manière abusive. Petit truc sympa pour les Belges comme moi qui n’ont pas accès au service « Environs » : différents lieux dits « populaires » peuvent être épinglés sur la carte. Enfin, le plus intéressant reste Nokia Drive, véritable GPS à guidage vocal. Son point fort réside dans le fait qu’il est possible de télécharger les cartes directement sur son téléphone pour ne pas épuiser son forfait 3G sur la route. Je n’ai pour le moment pas pu tester l’application en condition réelle, car le système requiert tout de même une connexion internet pour calculer le trajet. Un peu de patience, Nokia compte rendre Nokia Drive totalement opérationnel en mode hors-ligne à l’aide de futures mises à jour gratuites.

Le système d’exploitation

Venons-en à présent au système d’exploitation qui régit le téléphone : Windows Phone 7.

On se rend compte dès l’allumage que cet OS n’a pas grand chose à voir avec la concurrence. Il en est fini des grilles d’applications statiques, dites bonjour aux tuiles dynamiques ! En effet, la page principale est parsemée de tuiles carrées représentant les différentes fonctions du téléphone. Pourquoi dynamiques ? Car elles sont généralement en mouvement, soit pour vous montrer une notification ou bien pour rendre la page d’accueil plus attrayante. De ce fait, il est inutile d’aller dans chaque application pour voir de quoi il en retourne, les notifications sont visibles en un coup d’œil sur l’écran principal.
De plus, le thème Metro (cf. images ci-dessous) ne fait pas dans la surenchère et est du plus bel effet. Que ce soit pour l’ouverture d’une application ou l’appui sur un simple bouton, chaque transition est accompagnée d’une animation sympathique. Des textes clairs, pas de fioritures, l’OS est à l’image du Nokia Lumia 800 : fin et raffiné. Un bon bol d’air frais !

Microsoft a mis un point d’honneur à rendre la navigation très fluide et sans accroc. Bien que certains ne jurent que par des processeurs double-cœurs, la firme de Redmond n’a pas rendu leur système d’exploitation compatible avec. Pourquoi devraient-ils le faire, si tout le système est suffisamment optimisé et qu’il tourne impeccablement bien ?

Les réseaux sociaux ont pris une telle ampleur qu’il serait suicidaire de ne pas en tenir compte actuellement. Microsoft l’a bien compris, et a intégré nativement au sein de son système plusieurs réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, Linkedin, etc. Par exemple, une visite dans la partie Contact vous montrera l’activité de vos amis sur Facebook ou des personnes que vous suivez sur Twitter. De la même manière, vous pouvez partager un statut ou une photo très facilement et en quelques tapotements.  Cerise sur le gâteau, le chat Facebook a été intégré à l’application Messages, afin de pouvoir discuter facilement avec vos amis. Si l’un d’eux est soudainement hors-ligne, vous pouvez continuer la discussion par SMS en un clin d’œil.

Je ne vais pas être trop long sur toutes les applications basiques disponibles sur Windows Phone 7. Nous retrouvons ainsi les services propres à Microsoft : le Xbox Live (voir les amis en ligne, succès, etc.), le navigateur web Internet Explorer Mobile (qui est très fluide soit dit en passant), Office Mobile (Excel, Word, Powerpoint, OneNote), l’accès à son compte Skydrive (cloud) et enfin Bing.
L’intérêt des smartphones réside également dans le téléchargement d’applications tierces, ce qui est rendu possible ici via le MarketPlace. Celui-ci est clairement moins bien fourni que ces concurrents dû son arrivée tardive sur le marché. Par conséquent, certaines applications phares manquent à l’appel, j’aurais par exemple bien voulu voir mes fichiers stockés sur Dropbox sans devoir passer obligatoirement par la version mobile. Etonnamment, Skype, qui a été racheté je vous rappelle par Microsoft en 2011, n’a pas encore daigné pointer le bout de son nez sur le MarketPlace. Des absents de marque qui, je l’espère, feront une entrée fracassante très bientôt.
Détail qui a son importance et qui peut poser problème : l’achat d’applications ne se fait que par carte de crédit, et est incompatible avec le système de Microsoft Points. Dommage …

Pour finir, je suis très satisfait de mon expérience actuelle sur Windows Phone 7. Nous sommes enfin face à un système rafraîchissant, qui a tout à offrir, et qui n’a peu de points communs avec ce qui se fait ailleurs. Son arrivée tardive le pénalise certes sur certains points, mais Microsoft n’a rien à perdre pour les combler et essayer de se faire une place sur le périlleux marché des smartphones.

Le Nokia Lumia 800 est disponible à 499€ et en trois couleurs : Cyan, Magenta et Noir.